Nous commencerons la semaine avec une de mes dernières lectures ; il s'agit d'un livre offert par Edouard qui s'intitule "la source vive" de Ayn Rand :

la-source-vive_couv

L'histoire :

"Deux jeunes architectes débutent à New York. L'un, Peter Keating, sans grand talent, est possédé d'une ambition démesurée. L'autre, Howard Roark, est absolu, intransigeant et magnifiquement doué. Il ne veut dépendre de personne et c'est peut-être à cause de cela qu'il est haï.

Peter Keating réussit parce qu'il est prêt à toutes les concessions et à toutes les bassesses. Howard Roark, lui, lutte dans la misère contre la redoutable coalition des affairistes et des financiers véreux.

Deux personnages dominent cette fresque grouillante de vie et d'action : Dominique Francon, une journaliste belle, riche, qui cherche à se réaliser par elle-même au prix des pires expériences. Et Gail Wynand, un être complexe, qui jongle avec l'opinion grâce au pouvoir de ses journaux.

Tous ces personnages, pris dans le tourbillon de la vie, de la réussite, de l'amour, vont chacun vers leur destinée, acteurs ou jouets des évènements que nous voyons se dérouler selon les lois inexorables et profondes de l'humanité.

Ce grand roman d'amour et de moeurs est une véritable épopée, une oeuvre forte, hardie, qui témoigne d'une époque bouillonnante - les années 1930- où se fabriquait New York. King Vidor en fit un film avec Gary Cooper : le rebelle."

Alors c'est un beau pavé de 700 pages. L'écriture est facile, le plus difficile est d'essayer de s'attacher à un personnage. En effet, les bons côtés sont bien cachés et de prime abord, ceux qui me paraissaient attachants au début du livre m'ont fait changer d'avis au cours de la lecture. L'architecture est un domaine où je n'y connais pas grand-chose, pas toujours évident à suivre. Mais l'impression qui domine, à la fin, c'est un sentiment de vies gâchées, mais bien entendu, en utilisant mes propres repères. Donc je ne suis forcément pas objective.

C'est un livre que je n'aurai jamais lu si Edouard ne me l'avait pas offert, et en discutant avec lui, il m'a dit que cela lui avait rappelé (dans une certaine mesure) un livre qui m'avait marqué étant adolescente et que je lui avais conseillé : "la citadelle" de Cronin.

Voilà, en résumé, je dirai un livre intéressant, pour qui s'intéresse à cette époque et à cette ville, tout y est si différent de chez nous.

Je vous souhaite un beau début de semaine malgré la météo disons... hivernale :

miniImageGen

A demain pour un retour aux travaux d'aiguilles !